AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: Zone OC :: Présentations :: Mouss Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Punpun © Moussy
avatar
Patrick
Philiiiiipe ! Viens ici que j'te bute enculé !
Messages : 47
Date d'inscription : 12/06/2017
Age : 18
Localisation : Derrière toi mon tout petit ami :]
Loisirs : Je suis chasseuse de licorne, depuis 1917 (t'étais pas née), firmtigul (ça veut rien dire), ça sera le nom du fow >:[ (N'importe quoi), donc, chasseuse de licornes. NON. C'EST ELLES QUI ME CHASSENT ! (ok ?) JE LES ATTRAPERAI TOUS ! (Toutes) Ferme ta gueule. (ok) Michel t'as reconnu la ref à Discipline de Orel :DD ? (Discipline...) Oui ? (Dis Soupline) ... (Elle est partie).
Mer 8 Aoû - 22:19
Voir le profil de l'utilisateur



1
Punpun

Nom :
Mitsuide

Prénom :

Age :
9 ans

Nationalité :
Japonais/Américain

Race :
Humain

Âme :
Persévérance

Citation et thème :

« Kodoku to funshitsu »

Son thème serait Kyrie Eleison, chantée par Poucet. Aussi Hikari o, the lost one weeping, Donut Hole de Gumi.

2
Qui est-tu ?

CARACTÈRE - Punpun n'existe pas. Du moins, c'est comme si. Il n'est encore qu'un enfant, naïf et sensible. Pourtant il ne pleure pas. Mais en sourie pas non plus. Comme s'il n'était pas là. Punpun ne parle jamais. Il ne montre aucune affection, aucun plaisir. Punpun est pourtant très observateur. C'est un fantôme. Un fantôme pas tout à fait mort. Il se fiche qu'on ne le remarque pas. Qu'on le trouve bizarre. Mais Punpun va grandir. La petit démon va se montrer. L'orgueil. La persévérance. Il les a toujours eu en lui. Mais ça va s'accentuer. L'oisillon deviendra un grand aigle. Ou un corbeau.

Punpun est un petit garçon. Intelligent. Désintéressé des jeux vidéos, des filles et même de tout passe temps. Préfère les livres, la musique et a un penchant quasi addictif à celle-ci. Il ne se sent même pas vide. Ni incomplet. Ou souffrant. Il se sent.. Différent des autres. Et ça lui plait. Il se demande ce qu'il va devenir. Un junky ou un médecin ? Les deux peut-être ? (touche à la drogue mon Punpun et t'es plus mon OC) Détective comme Sherlock Holmes ? Humour sarcastique et poussé. Pour le moins original. C'est sûr que de dire "..." est très pratique pour être drôle. Ses parents pensent Punpun muet. Mais son mutisme est volontaire. S'il veut parler, il parlera.
PHYSIQUE - Error 404
Histoire

La maîtresse demande à la mère de Punpun s'il va bien. Punpunmama répond que oui. Puis demande pourquoi poser cette question. "Kô ne parle pas" dit simplement la femme. Punpun monte dans la voiture. Il serait descendu s'expliqué si l'imbécile ne l'avait pas appelé "Kô". Punpun n'aime pas ce nom. Il s'appel Punpun. C'est tout. Punpun-mama l'appel. Punpun ne répond pas. Il a pourtant fermé son livre et écoute, assis dans la voiture. Punpun-mama n'aime pas quand il fait ça, après il est malade. Mais Punpun n'aime pas qu'elle entre et le dispute parce que sa chambre est en désordre alors qu'il est en train d'étudier. Que sa soit des livres volés à la bibliothèque ou juste un insecte trouvé bizarre.  

"Hm Kô est un petit garçon timide. Ca viendra." En maternelle, mademoiselle Crecelia (chut ok ?) le croyait atteint d'un profond mutisme
"Ah oui ?"
"Même quand il sursautait, il ne parlait pas"
"Mais il n'est pas muet ?"
"Non. Juste discret."
"Bien, je vois.. "
"Je ne maltraite pas mon fils."
"Oh mais oui, bien sûr !" Elle a l'air très gênée. C'est pas la première fois qu'on le dit à la maman de Punpun. "Il a une très bonne éducation, il n'y a aucun doute là dessus !"
"Il est surtout vif d'esprit. Et trop discret."
Punpun-mama est énervée. Punpun sourie. Il aime se sentir défendu par sa mère. Bien qu'il ne prenne pas forcément le compliment au mot.

Les deux adultes ont cessé de parler. Punpun rouvre son livre et se concentre pour bien comprendre. C'est dur à comprendre. Il est un peu trop jeune. Mais il comprend l'essentiel.
- Ca veut dire quoi... Ex-po-den-tiel-lement ? demande Punpun lorsqu'il entend la porte se fermer.
"Je t'ai déjà demandé de ne pas lire dans la voiture, tu vas être malade"
- Que veut dire Exp.. Exponentiellement ?  Répète-t-il avec calme sans détourner les yeux du mot qu'il tente vainement de dire correctement. Il a éludé la remarque de sa mère, mais juste parce qu'il se fiche d'être malade.
"Le jour où tu seras vraiment malade, tu t'en mordras les doigts"
J'en ai rien à faire. Se dit paisiblement Punpun.

Punpun a été malade. Il a vomit dans la voiture. Il a très mal à son estomac. Pourtant il ne dit rien. Punpun-mama crie. Il ne dit toujours rien. Elle le prend sur ses genoux et le force à la regarder. Punpun ne dit toujours rien.
"Dis quelque chose !!"
Punpun ne dit rien. Encore.
Elle continue de crier, Punpun fini par se détacher. Las de ses hurlements. Il se sent lourd. Il se détache et passe derrière en se faufilant derrière el siège de Punpun-mama. Elle ne dit rien cette fois. Son silence est lourd de conséquence

Punpun est chez lui. Allongé par terre à penser. Etrangement. Il se sent.. Très seul. Punpun n'a pas de frère et pas de sœur. Avant il avait l'impression que les personnages dans les livres ou dans certains films étaient avec lui, à l'intérieur de sa tête. S'il dit "Kodoku to funshitsu", ils apparaîtrons. Ils seront en cercle autour de lui pour lui parler. Il n'a pas besoin de parler lui, mais il entend leurs voix. Qu'il les imaginent ou les aient déjà entendues.

Mais ce soir là. J'ai eu beau dire et répéter la formule.

...

Personne n'est venu.

Punpun a enlevé ses lunettes et ferme les yeux. Il a envie de pleurer. C'est la première fois depuis très longtemps. Il reste fort. Punpun est un garçon très fort. Il reste persévérant et essaye encore. Il inspire très fort, ouvre les yeux et remet ses lunettes.

- Kodoku to funshitsu
But... Nobody came.

- Kodoku to funshitsu
But... Nobody came.

Il essaye. Encore et encore. Il se sent de plus en plus seule. Seul chez lui. Seul dans sa tête. Seul dans ce monde. Punpun se surprend à chasser sous ses lunettes une grosse larme. Ca fait très mal. Punpun écrase ses sanglots entre ses mains. Il a très mal mais sans savoir pourquoi.

...

..

.

En équilibre sur des pierres près de la cascade, Punpun se sentait comme un super héro allant sauver au périle de sa vie la veuve et l'orphelin au milieu d'un camps ennemi. Un camps ennemi ? Non, une grotte vraiment dangereuse. Pas un endroit pour un petit oiseau comme l'est Punpun ! Et Punpun, lui, il leur montrerait, qui c'est, Punpun ! Il aimait pas trop les super héros gentils. Ils préférait ceux qui désobéissaient aux lois. Quoi qu'en disaient la totalité de son école, Punpun était ce qu'on appel un "Team Marvel". Sauf que Punpun, lui, il voulait pas faire de mal aux autres. Même aux méchants. Il aimait Tanos et Killmanger. Il aimait le côté sombre e Batman. Le côté égocentrique capricieux et irresponsable de Tony. La jeunesse de gringalet demi portion de Captaine America. Punpun, lui, quand il aura un enfant, il lui dira "Tu sais, je connais quelqu'un. Il s'appel Steeve Rogers. C'est un super héro. Il sauve des vies et a un bouclier incassable pour se défendre et comme seule arme. Il a une force démesurée et il a le sens du sacrifice. Tu sais, lui, quand il était plus jeune, comme toi, comme je l'étais aussi, avant d'être Cap', il était une "demi portion" !" Et le gosse le regarderait avec de grands yeux brillants comme il avait regardé lui même le film avec son héro en collants ridicules puis dans une tenue plus... Adaptée.
Punpun, là, il avait envie de rêver.
Alors, Punpun mit en marche le processus qu'il se complaisait à appeler "imagination infantile" l'interrupteur dans la tête du petit garçon s'enclencha. Un gros allo vert apparu devant ses yeux. "ON". Allons-y.
D'abord, l'environnement. Hm les eaux de la cascade seraient un volcan parfait. Ou une jingle sauvage ! Rester avec les mêmes couleurs, les même motifs, les mêmes gens, c'est Punpun qui s'adapterait !
Le héro, maintenant. Le protagoniste ne peut être que le détenteur des droits d'auteur de sa propre imagination, non ? Droits d'auteur ou non, tout ce que Punpun imaginerait à partir de cet instant viendrait d'un autre auteur qui aurait imaginé avant lui, inspiré lui aussi d'un autre auteur. C'était comme une spirale. Une très grosse spirale. Non. C'était comme un trou noir ! Motivé, l'enfant se remémora les dernières choses qu'il ai vues. Pour l'aider.
Il avait lu Le Monde Perdu de Conan Doyl. Terminé Shinning de Stephen King la veille. Il avait regardé le premier Avergers, puis s'était dit qu'il fallait qu'il regarde les autres Marvels. Il avait déjà vu les 3 Iron-Man, Docteur Strange dont il espérait que la suite serait aussi géniale que le premier, un Thor, Black Panther au cinéma avec Punpun-Papa et avait terminé par un Pirate des Caraïbes, le quatrième, qu'il avait trouvé pas terrible, et enfin Capitaine America First Avenger. Est-ce que ça avait aidé à l'accomplissement profond de sa vie ? Non. Mais c'était l'avènement de toute son enfance résumée en environ 20 films. Il le savait, Stephen King, c'était pas pour les enfants. Les livres de cosmologie et zoologie volés à Punpun-Papa non plus. Mais les livres de maths de quand Punpun-Mama était encore à l'école, ça non plus, c'est pas pour les petits comme lui, pourtant, il persévère dans l'effort ! Un jour, il y arrivera !
Punpun s'était fait pendant la scène finale un bouclier comme celui du Captaine et aurait voulu faire comprendre à toute son école que son Punpun-Papa, c'était un américain, même si lui, et Punpun-Mama, étaient Japonnais. Pour l'instant. Car voyager, Punpun en ferait, et pas qu'un peu ! Il voulait aller Wakanda, comme tout enfant normalement constitué et dire bonjour à Tchala et sa sœur. Mais il voulait aussi aller en Amérique, à Londre, en Italie, en France, même là où les gens sont pauvres, là où ils ont besoin d'un Punpun ! Partout où Punpun pourra apprendre et continuer de rêver, il continuera. Punpun-Mama disait qu'il ne devait pas chercher à entrer en contact avec lui. Lui, comme elle l'appelait, c'était Punpun-Papa. Ils s'étaient séparés. Alors, il avait imaginé qu'il était comme Steeve Rogers, son premier super héro à lui. Le premier qu'il avait connu et son premier super Héro, comme tout enfant encore une fois normalement constituée, c'est son Papa. Punpun-Mama avait éclaté de rire et allait l'aider à faire un meilleur "nid à référence". En bois, par exemple. Pas en papier. Et avec de la peinture acrylique. Pas des crayons de couleur. Acrylique. Punpun aimait beaucoup ce mot,
Malhereusement. Punpun-Mama ne l'a pas aidé à réaliser son chef d'oeuvre à lui et à sa Maman. Il n'a pas pu dire à son école que Punpun-Papa était américain. Il n'en n'a pas eu le temps.
Punpun, lui, ce n'est pas un Super Hero comme dans les comics. Punpun, c'est la victime de l'histoire. Ou le lâche. Il n'y a jamais Punpun, dans les films ou dans les séries. Il n'y a jamais de lâche. D'impertinent espiègle et pénible. Les méchants sont jamais aussi intéressants que Punpun. Quel ennemi de Super Hero est un enfant, déjà à la base. Un enfant qui n'a jamais fait de mal à personne. Si. Une fois. Cette seule fois. Cette chose qu'il a faite il y a à peine une heure. Et qu'il a réussi à rater.
Alors, Punpun, pourquoi as-tu fais ça ?
Kami-Sama était venu sans que Punpun ne le lui demande. Il a dû l'appeler inconsciement. Il faut dire qu'il voyait en ce moment une touffe de cheveux noirs. Ses cheveux noirs. Et s'il ne doit plus exister pour les autres, il ne doit plus exister pour lui non plus. Ca doit être pour ça que Kami-Sama a parlé à Punpun. La chevelure noire disparue de son champs de vision. Et son songe s'étendit à nouveau dans la pièce.
Punpun pensa au moment où il avait eu l'idée de sauter dans l'eau de la cascade où il s'amusait. Quand on s'est fait un plaisir de briser tout ses rêves d'enfant.
« Non. Non, tu ne le verras pas. NON ! Il te prend déjà pour un Super Hero, alors ne fais pas le fière ! TU AS ABANDONNÉ TON GOSSES ALORS TU TE DEMERDE ! Ne fais aps le Papa fière de son fiston qui regarde des films de super héro et y compare son père. Ces films et sa culture, c'est MOI qui la lui ai donnée ! »
Punpun n'a pas pu écouter plus loin. Car Punpun-Mama avait regardé dans le couloir pour savoir si son fils n'écoutait pas la conversation. Il est passé à très peu de se faire prendre. Il était sorti de la maison. Il était en colère. En colère comme jamais. Punpun, lui, il voulait croire à tout ce qu'il voulait. Il voulait continuer de rêver sans qu'on hurle à Punpun-Papa des choses aussi méchantes. Punpun avait voulu la punir.
Alors, il était parti. Sans rien. Juste en tee-shirt. Il s'était isolé à la cascade. Il avait joué un moment. Il y est resté jusqu'à la nuit. Sans savoir ce qu'il devait faire.
Et il avait sauté. Est-ce qu'il regrettait d'avoir sauté ? Non. Il n'avait pas le temps pour regretter. Les Supers Héros, eux, ils regrettent jamais rien. Ils ont pas peur. Ils ne sont pas des lâches. Et en sautant, Punpun s'était montré courageux. Sans pleurer, Punpun s'était montré courageux. Punpun essayait très fort, d'être courageux. Punpun, lui, il voulait être un super héro. Comme Capitaine America, c'est le premier et le plus... C'est celui que Punpun adore sans trop savoir pourquoi. Punpun, il voulait être aussi cool que Thor et Loki. Il voulait être aussi intelligent que Tony Stark. Il voulait le sang-froid de Nick Fury. La justice de Cap', aussi ! Il voulait aussi la persévérance de Hawkeye ! Punpun, il voulait être tout ceux là à la fois ! L'humour de Dead Pool et Spider Man, la simplicité tout en efficacité de Natasha. Il voulait être aussi génial que Vision, que La sorcière rouge, aussi génial et futé que Docteur Strange !
Il le pouvait, non ? Lui, la persévérance de Hawkeye, il l'avait. Oui, Punpun, lui, il en avait, de la persévérance. Ca oui ! Punpun, il voulait pas être le meilleur. Il voulait être.. Il voulait rêver. Il voulait rester un garçon normal. Avec sa Maman. Son Papa. Plein d'amis. Mais il voulait rêver. Et être au moins dans ses songes, au moins pour quelques heures, un Super Héro. C'est tout ça, qu'il voulait. Punpun. En fait. Punpun voulait le droit de rêver. Et il voulait une excuse pour être triste. Que ses parents soient morts, qu'il se fasse taper dessus en sortant de l'école. Qu'il y a une raison à son acte autre que de la colère.
Punpun, lui, il était un Super Héro. Parce que les Supers Héros, c'est des humains. Même le Cap'. Même Thor peut Mourir. Alors, ils finiraient tous comme Punpun. Tout les gens. Ils savaient pas. Les gens, ils rêvaient plus. Punpun, lui, même si on voulait l'en empêcher, il serait une étoile et continuerait de rêver.

*

Punpun ferme les yeux.
Punpun ouvre ses petits bras en grand.
Punpun se laisse tomber.
Punpun se sent tomber.
Punpun aime cette sensation.

Le petit oiseau prend son envole. Mais il est trop jeune pour voler. Alors il tombe. Tombe. Et tombe d'une chute enivrante et meurtrière. L'onde glacée fait écho autour du corps sans vie du petit garçon. A moins que ça ne soit une petite fille ? Est-ce-seulement un humain ? Dans peu de temps, il sera une étoile. Une étoile qui rêvera. La plus brillante des étoiles. Il rêve d'être plus brillant encore que la divine lune ou que le dieu soleil. Punpun, il rêvera bien du haut de son trône, là haut dans le ciel.
Les mots de Victor Hugo résonnent dans l'esprit de l'oisillon. Un livre si compliqué, inaccessible pour un enfant si jeune. Mais à la portée de Punpun depuis peu. Après tout, qui peut mieux comprendre un condamné à mort qu'un autre condamné à mort ?

"Les hommes, je me rappelle l'avoir lu dans je ne sais quel livre où il n'y avait que cela de bon, les hommes sont tous condamnés à mort avec des sursis indéfinis."

Et le sursis du jeune condamné à mort est à présent terminé. Enfin terminé.

"La porte du tombeau ne s'ouvre pas en dedans."

Le petit condamné à mort n'avait pas compris cette phrase. Jusqu'à ce instant. En fusion avec le sol. En harmonie avec dame faucheuse et son courroux si doux. La porte du tombeau ne s'ouvre pas de dedans car on la franchis sans jamais la rouvrir. Elle se ferme à clef. Fermée d'une mélodie macabre mais si paisible qu'on s'y prendrait à dormir pour l'éternité.

« Le bonheur sec ressemble au pain sec ; on mange, mais on ne dîne pas : Je veux du superflu, de l'inutile, de l'extravagant, du trop, de ce qui ne sert à rien. »

Punpun, lui ce qu'il voulait, ce n'était pas du bonheur. Ce n'était pas du pain sec. C'était du rêve. Tout ce qu'il demandait, c'était qu'on le laisse rêver en paix. Mais Punpun était trop grand, pour les adultes, pour pouvoir rêver.

Punpun a froid.
Punpun a faim.
Punpun a mal.
Punpun appel.

Kodoku to Funshitsu.

Kami-Sama sourie à Punpun. Il n'en a pas encore fini avec lui. Sourire pervers. Malsain. Eternel.

* Lève toi Punpun. Lui dit il.

Punpun ouvre ses yeux.
Punpun se lève.
Punpun marche.
Punpun entend une petite voix.

- Salut ?.. Qui est-là ? Un autre humain tombé.. Comment t'appelles tu ? Punpun ? C'est un joli nom ! Mon nom est ▬ ! Pourquoi as-tu escaladé la montagne ? Ah... Ce n'est pas une très bonne raison.. S'il te plais ! Viens avec moi ! (référence : https://www.youtube.com/watch?v=TIrISs1ICJY)

Mais Punpun, il est tout seul, ici. Et lui, il n'a pas escaladé le Mont Ebott. Il a plongé dans une cascade. Punpun n'a fait qu'imaginer cette conversation. Punpun est seul. Tout seul. Absolument seul. Le petit Punpun, n'est toujours pas en haut de son nuage éternel. Il est toujours dans l'eau.

* Tu es rempli de Persévérance. Punpun.

Dit Kami-Sama avec son habituel sourire. Un sourire de forcené. Un sourire malsain et malfaisant. Punpun essaye de comprendre d'où vient la persévérance qui l'envahit.

* Ta persévérance . Sers t'en pour continuer de rêver. K-

Mais Punpun ne voulait pas que ça continue. Punpun, lui, ce qu'il voulait, c'était rêver. Peu important pour lui le bonheur. Il s'en fichait, maintenant. Punpun n'était personne. Il n'était pas là. Il n'existait pas. Il n'était là que pour persévérer. Persévérer dans l'effort. Punpun, il était pas courageux. Il était pas gentil. Pas gentil du tout. Pas un justicier. Mais il le voulait. Et il le pouvait. Il aurait sa propre justice. Punpun. Dans le étoiles. Dans ses rêves.
Alors.

*Kô. Dit simplement Kami-Sama.

Non. Il ne voulait pas entendre ça. Pas ce nom. Pas son nom.

* Kô. Kô Mitsuide !

Mais Punpun refusa.
Mais j'ai refusé.
Il était en vie. C'était une évidence. C'était tellement enfantin que même lui le savait. Il n'avait fait qu'effleurer la main de la faucheuse.

* Kô répond moi !

J'ai refusé. Refusé de me réveiller. J'ai refusé de comprendre. J'ai refusé de reconnaître son étreinte, son parfum, sa voix, son odeur, le ton angoissé de sa voix. J'ai perdu le contrôle de mon esprit, en le forçant à s'enfoncer dans le sommeil.

* Réveille toi ! Réveille toi !

Non. Et personne ne pouvait l'y forcer. Kô n'existait pas, il n'y avait que Punpun. Et Kami-Sama. Juste lui. Dans sa tête. Kô n'existait pas. Il n'avait jamais existé. Il n'existerait jamais. Je m'y refuse entièrement.

* Punpun ? Tu n'es pas aussi calme que d'habitude. Quelque chose cloche ?

Encore cette voix. Encore cet air malsain. Ce sourire amusé. Tu es amusé, hein Kami-Sama ? Tu es amusé de ce qu'il m'arrive ?

* Ne panique pas ainsi Punpun. Kô voudrait faire un calin à son Punpun-Papa.

NON !

Punpun l'avait refusé. Mais il entend pleurer. Il entend Punpun-Papa. Il entend Punpun-Mama. Il entend tout. Il sent tout. Il les sent tout les deux. Mais il ne sent pas le reste. Il n'entend pas le reste. Juste Son Super Héro à lui. Et sa Maman à lui. Son idéal à lui. A lui et rien qu'à lui.
Punpun-Papa. Son rêve.
Punpun-Mama. Sa réalité.
Une douce réalité. Ou un rêve sans frontières ?

* Punpun. Tu peux avoir les deux.

C'est vrai. Tellement vrai que Punpun éclata de rire. Un rire sardonique. Piqué de sarcasme et de douleur. Il le savait. Qu'il pouvait avoir les deux. Mais c'était forcément un rêve. N'Est-ce pas ? Punpun-Papa était en Amérique, dans le Maine. Punpun-Mama au Japon, à Fukuoka.
Une douce réalité. Un rêve sans frontière.
Cette main qui caressait avec douceur et anxiété ses cheveux. Ca, c'était sans frontière. D'où il était. Il le sentait. D'où il était. Il le voulait. Pour toujours, et rien que pour lui.
Cette autre main qui secouait la sienne avec force et angoisse. Ca, c'était doux. Plus doux que le plus doux des nuages sur lequel pour aurait pu atterrir s'il avait rencontré la faucheuse.
* Moufasa a bien dit à Simba qu'il avait peur, lui aussi, même s'il était roi. Punpun. Ta persévérance, elle est où ? Elle vient d'où ? Elle va où ?

Mais...

Je ne savais pas.

Kami-Sama. D'où vient ma persévérance ? Où est elle ? Où va elle ? Demanda l'oiseau tombé du nid.

* Je ne sais pas Punpun. Je suis dans ta tête. Je suis ta propre voix dans ta propre tête. Comment aurais-je la réponse à une question que tu te poses ?

Parce que tu les as toujours eu...

* J'analysais. Punpun. Nous analysons ensemble.

Punpun ne savait pas. Il ne savait rien. Il ne comprenait rien. Il avait peur. Quel beau Super Héro des étoiles il faisait, tiens..
L'enfant pleura. Pleura à chaudes larmes.
PUNPUN-MAMA, PUNPUN-PAPA ! Hurla il dans sa peur.
Mais... Personne ne l'entendit.
PUNPUN-MAMA ! Pun-pun.. Papa ! S'époumona il, plus fort.
Mais... Punpun s'épuisait pour rien.
Bunbun-Baba... Bunbun-Baba.... Murmura l'enfant comme dans un souffle, hors d'atteinte.
Il constata que ses sanglots rendaient les mots "Punpun-Papa" et "Punpun-Mama" identiques.
Punpun, du haut de ses nuages. Du haut de ses rêves. Du haut de son innocence. Punpun, lui, il... Voulait son Papa et sa Maman.

*

Un frêle oiseau se tient là. Au sommet de la falaise des chûtes d'eau. Un petit garçon est devenu grand ce jour là. L'oisillon est devenu puissant rapace. Un rapace écrasé depuis longtemps. Voguant dans les flos jusqu'à s'échouer sur une berge. Son visage. C'est ça le pire. Il n'a pas de visage. Piou piou Fredonne faiblement le volatile.

La petite silhouette a disparu. Elle tombe, tombe, tombe. Paisible, elle s'efface dans l'eau. Lapé lentement par les flots, l'oisillon chu se tortille. Et se réveille. Est-ce qu'il a rêver ça ? Il l'a déjà vécu. Ca. Cette chute. Cette sensation. Mais cette fois, c'est pas pareil. Il a l'impression que ça fait longtemps. Comme l'impression que c'était il y a quelques instants. Le petit est perdu. Désorienté.

S'enfoncant dans les abysses de sa propre misère, c'est un enfant qui se noie dans sa propre âme. Son âme de.. De quoi déjà ? Il a oublié. Comme il a oublié son véritable son nom. Son âge. Qui il est. Il a tout oublié. Il a peut-être même altéré sa propre mémoire, qui sait ? Qu'en a-t-il à faire, après tout ? Il est venu ici avec un but précis. Mourir. Et maintenant qu'il se noie véritablement. Il sent sa force refaire surface dans son âme estropiée ? Cela doit être une blague. Une monstrueuse blague. Il sent... Sa peur. Une peur aussi monstrueuse que la blague de sa chute.

Une touffe de cheveux remonte à la surface. Trop éteinte pour qu'on sache de quelle couleur elle est. Ses lunettes sont cassées. Punpun l'oisillon déchut se noie. Mais le veut-t-il ? Oui, il le veut. Il l'a tant désiré. Et cette fois, c'est bon. C'est fini. Tout est fini pour lui. Mais ça aussi. Il l'a déjà vécu. Il le savait. Il n'était plus dans l'eau. Il était... Quelque part.

Pourtant, elle subsiste. Cette sauvage détermination qui émet un son sourd en lui. Une sensation béstiale dans le corps de l'aigle ayant perdu ses ailes. Ca s'agite. Là. Dans sa poitrine. Une main inconsciente se réveille de sa transe et se pose sur le torse du petit garçon qui sombre dans les flots.

♪♪
♪♪
♪♪

Le son est en piano. Et le tempo de la sensation sonore est en 80. A peine. C'est très faible, pour un coeur humain. Punpun se sent mourir. Mais toujours en vie. Il est mourant. C'est une sensation terrible.
Mais ce coeur. Ce coeur comme dépourvu d'âme qui le brûle. Ce ne sont pas ses poumons. C'est bien son coeur qui le brûle. Lui, son coeur, il en a envie. Très envie même. De battre à... Disons 120. C'est une bonne valeur ça... 120. Il l'a apprit ça, à l'école, la systole et la diastol (le retour des cours de bio XD). Systol, contraction, 12 centimètres de mercure. Diastole, repos, 9 centimètres de mercure. Punpun a retenu. Il est fier de lui. Mais ça ne lui servivra plus. désormais. Il essaye de convaincre son coeur. Mais il refusant d'entendre. Il commencait à monter. Il était maintenant forte et 90 millimètres de mercure, le lent crescendo avait commencé sa danse infernale. Ca rendait Punpun malade. Est-ce que ce lâche de coeur avait peur de mourir ?

Kodoku to funshitsu

Songea doucement le petit garçon devenu grand.

Mais... Kami-Sama ne vint pas. C'était la première fois. Depuis bien longtemps. Punpun se sentait seul. Horriblement seul. Dans sa tête, pas un seul murmure mis à part celui de ses pensées faisant des richochés dans sa boîte crâniène. Il lui avait peut-être donné la liberté en libérant son esprit. En le laissant vagabonder hors des livres et des citations. Comme le géni d'Aladin. Kami-Sama était libéré de son fardeau.
Fardeau ? Punpun n'est pas un fardeau... C'est un petit garçon devenu grand, percpicace, intelligent et auracieux. Non, ça, non. Punpun n'était pas un fardeau. Presque inconsciement, il sorti sa petite main de l'eau pour la regarder. Il n'était dans l'eau à asphyxier depuis seulement quelques secondes. Il en avait l'impression. Mais l'impression d'être à la surface persistait. Et se faisait plus prenante. Elle finirait peut-être par passer outre la sensation de noyade qui étreignait les poumons du petit garçon. Pourtant, tout en lui allait beaucoup plus vite.

Il l'a bien regardée cette main. Cette paluche à la teinte laineuse et docile. Il la remis à l'eau. Seulement quelques secondes. Cette fois, ses poumons le brûlaient vraiment. Il posa la paume de cette même main sur sa poitrine.

♪♪
♪♪

Le crescendo est à son paroxysme. Le zénith est là, avec ses merveilleux rayons de soleil. Punpun se sent partir. Mais ça lui fait peur, de partir. Il voudrait rester là, à écouter la musique tourbillonner autour de son âme, en train de s'effondrer sur elle même.

Ca y est. Il se rappel. Cette âme, ce joli coeur violet et tournoyant est rempli de percévérence. Elle était devenue terne. Délavée. Il n'avait plus de but. Mais maintenant, il s'en était trouvé un. Il s'en était souvenu, de son but. Un merveilleux but. Il le dégustait à pleine bouchées. Goût sucré sur son palet, les saveurs exceptionnelles exploserent à l'interieur de sa bouche. Punpun savoura son but. Son objectif. Et il dressa sa tête pour aller chercher une immense bouffée d'air.

Le masque éclata. Et l'âme, pâle et triste, se mit à... A flamoyer. Oui, elle brûlait. Cette âme. Son âme. Sa percévérence. Punpun le senti, dans sa tête. Il poussa la porte avec son habituel sourire délavé et rayonnant. Ironique, franche, énergique, plein de vie. Kami-Sama franchit la porte inconsciente de l'esprit du petit garçon devenu grand. Punpun ouvrit ses grands yeux. Des yeux noirs. Noirs comme la nuit. Cette nuit où étincellent toutes les étoiles de l'univers. Son univers. Le sien, à lui, à lui tout seul. L'eau ruisselait sur ses vêtements. Il avait eu si peur. Les larmes dévalaient de ses yeux pour s'écraser sur son pull mauve délavé. Il émit un son étrange. Un rire mélangé aux sanglots. Bon Dieu qu'il avait eu peur.

Le petit garçon a encore du chemin à faire avant de devenir grand. Kô accepta. Accepta de vivre. J'ai accepté la main tendue vers moi. L'avais-je seulement vue avant ? M'en étais-je souvenu ? De cette sensation ? Qui faisait surface en moi, désormais, cette sensation de vivre, cette sensation d'être contre quelqu'un qui me suppliait de revenir. Que je n'étais pas un idiot. Ni un petit garçon méchant. Que j'étais son petit garçon. Son trésor. Que je devais revenir. Que je devais le revoir, lui aussi. Qu'il était venu juste pour moi. Qu'il resterait. Qu'il l'avait juré. J'entendais cette sensation pleurer. Je la sentais me serrer contre elle plus fort à chaque seconde.

L'enfant chu laissa éclater sur son visage un sourire. Un merveilleux sourire. Un sourire d'enfant devenu grand. Un sourire heureux. Heureux de vivre. L'enfant était devenu grand. Mais il continuera de rêver. Il était l'heure pour lui de se réveiller. Il était l'heure pour moi de venir. Il était l'heure pour moi de vivre. Temps pour moi de rêver.

Et j'ai ouverts les yeux. Je n'étais pas plus grand. J'étais toujours aussi petit. Toujours aussi frêle. Toujours aussi peureux. Toujours aussi pleurnichard. Toujours lâche. Mais toujours persévérant, toujours rêveur, toujours perspicace. J'étais moi. Et un petit Punpun comme moi, ça peut bien être un Super Héro s'il le veut. Un Kô comme moi, ça peut bien être heureux s'il le veut. Ca peut avoir une Maman et son Papa pour lui tout seul.

Moi, je peux avoir un Papa Super Héro, et une Maman plus douce que les nuages. Moi, je peux être comme Maman, mais comme papa aussi. Moi. Je peux rêver.

Je peux exister.

Je peux être Punpun.

Comme je peux être Kô.

*


Punpun se réveilla en sueur. L'évocation de son nom, dans le rêve, avait été difficile à supporter. Il avait cependant réussi à annexer le vrai problème. Punpun-Papa n'était toujours pas à la maison, mais tout allait bien, maintenant qu'il était réveillé. La tentation de trahison de Punpun avait bien failli le perdre, mais grâce à l'intervention de Kami-Sama, Punpun s'en était tiré. Il refusait de changer le petit garçon discret et studieux qu'il était. Qui sait s'il perdait tout ce qui le désignait comme "Punpun" ? Il ne serait plus aussi malin, tout changerait pour lui. Il n'aurait plus le droit de rêver, d'apprendre tout et n'importe quoi, plus le droit de rester silencieux. Cet autre lui ne lui plairait pas du tout, il en était persuadé.

Punpun est très bien ainsi. Il n'est pas heureux. Certes. Mais ça valait mieux ainsi.

Punpun se leva, et se prépara pour sa journée d'école.

Aussitôt que la cloche mortuaire ai cessé son ballet nuptial, les mots retentirent presque par reflexe dans la tête de Punpun.

Kodoku to Funshitsu.

Kami-Sama dirige le jeune oisillon hors de l'école. Il se sent tout seul. C'est normal. Il est tout seul. Il se sent tout nu. C'est normal, il a oublié son bonnet à l'école. Quand il s'en rend compte, le jeune volatile se fige. Maman va me tuer. Songe-t-il avant de penser qu'il serait bien vite malade à cracher des glaires dans les toilettes avec un froid pareil. Punpun respire très lentement. Il marche lentement. Il fait un détour par le parc. Traine les pieds. Il ne doit pas rentrer tout de suite. Ou le petit oiseau va sortir. Et ne jamais revenir. Le vent va le faire tourner. Et le grand rapace le lacérera de ses serres. Et le petit oisillon, fragile et peureux, ne se relèvera pas. Punpun a peur. Mais c'est pas comme ça qu'il doit penser.

« Tout ira bien Punpun. » le rassure Kami-Sama. Son oncle Yuichi. Lui, il est gentil. Il est comme était Punpun-papa. S'il attend suffisamment longtemps, il sera à la maison, et Punpun-Mama ne pourra pas le gronder. Et le petit oiseau chantera. Et Kami-Sama sera fière de lui. Qu'il est malin ce Punpun. Il ralenti encore le pas. Laissant son petit cœur se calmer. Le menaçant rapace plane au dessus de lui. Il n'y prête pas attention. Il suit les précieux conseils de Kami-Sama.

Le petit oiseau prend son envol pour l'hiver. Il va se cacher dans le creux d'un arbre pour y dormir. Et ne plus jamais en sortir. Punpun-Mama lui demande s'il veut un calendrier de l'avant. Punpun répondit avec son visage innocent d'enfant.
« Oh oui ! »
Mais, les dessins n'offrent pas de calendriers de l'avant. Alors Punpun dessine sur Punpun-Mama un joli sourire. Mais il a déjà colorier le visage de Punpun-Mama. Alors ça ne dessine plus au crayon à papier. Le mioche prend un feutre dans sa trousse d'école. Il fait gros arc de cercle sur le visage de sa Maman. Quel joli sourire !

Kodoku to Funshitsu.
« Punpun ? »
Répond le subconscient de l'enfant.
« Ne serait-il pas temps de rentrer à la maison, maintenant ? »

Mais Punpun n'a pas envie de rentrer chez lui. Il est déjà très en retard. Punpun-Mama va être très en colère. Et puis.. Il est bien assis – ou plutôt affalé – sur ce banc au beau milieu de Regent's Park.

Mais il faut toujours écouter la voix de Kami-Sama. Alors Punpun se lève. Mou de la rotule, il traîne le pas ses petites mains engouffrées dans ses poches, sa grosse écharpe autour du cou. Le dessin chiffonné dans sa main droite. Ce n'est pas sa Maman. Sa maman, elle, est méchante, elle n'aime pas Punpun.

Le petit oiseau s'envole pour retourner sous la neige. Mais lui même ne sait pourquoi. Le petit oiseau se dit que c'est normal. Mais il a froid, et n'a plus rien à manger à cause de l'hiver.

Bonjour petit. Tu ne devrais pas être à l'école ?

Croi croi. fait le corbeau.  Il fait comme la grenouille. Croi croi. Le volatile prend son envole. Punpun lui demande des yeux de l’emmener avec lui. Le petit oiseau, lui, il aimerait bien voler. Mais il est trop petit. Ou le petit oiseau serait il en réalité un manchot ?
Un manchot empereur, Punpun. Tu es un manchot empereur. Dit Kami-sama.

Punpun tourne les yeux.
Neige. Blanche. Froide. Jolie.

Fille. Brune. Maladroite. Jolie.

Le petit garçon cligne des yeux mais reste muet face à la jeune fille qui se tient devant lui. Il laisse sa frêle petite main d'enfant sortir du trou noir qui lui sert de poche. Sa poche, c'est son trésors à lui. Sa carte Pokémon, les clefs de chez lui, des confettis et des restes du gâteau qu'il avait volé dans la cuisine. Il fait un signe de la main à la dame. Avec un joli sourire. Comme celui qu'il avait dessiné à Punpun-Mama. Un sourire qui sera toujours faux. Un sourire qui n'a jamais vraiment existé. Un sourire, faussé à larmes et à cris. Des cris que tout le monde refuse d'entendre.

Les autres. Eux. Ils sont stupides. Ils ne savent pas faire la différence entre un hématome de bagarre entre enfants, et une.. Comment c'était écrit dans le livre ? Le prospectus qu'on avait donné à l'école… Punpun se souvient du numéro. De la petite fille qui pleurait sur l'image. De la couleur bleue et jaune. De l'écriture rouge. Et même du slogan. « Non à la ... »

Crois Crois ! Couine le cris du rapace. Punpun, frêle petit manchot, se retourne vivement dans un cri surpris. Tiens, il sait parler finalement ? Il l'avait presque oublié.

Croire ? Punpun le veut. Y croire. Mais croire à quoi ? Croire à n'importe quoi.

Le petit manchot empereur se rempli de persévérance et marche dans la neige vers la dame. Il n'a pas envie de rentrer. Alors, il ne rentrera pas.

« Et si la dame n'est pas d'accord ? » se questionne Punpun.
« Et si elle l'est ? » Lui répond Kami-Sama.
(c) Reira de Libre Graph'




Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: